BERNADETTE LAFONT nous a quitté à 74 ans RIP

Hommage d’Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, à Bernadette Lafont

 C’est avec une profonde tristesse que j’apprends la disparition de Bernadette Lafont. Elle nous laisse cette insolence libératrice, ces élans de liberté, si caractéristiques d’une vie à l’image du cinéma.Celle qu’une rencontre avait placée sur le chemin des plus grands était devenue une des égéries de la Nouvelle Vague. François Truffaut, Claude Chabrol, mais aussi Jean Eustache, ont ainsi fait de cette femme iconoclaste et inclassable, leur muse.A travers des rôles emblématiques, elle avait su incarner à l’écran comme à la vie, une femme indépendante, insoumise et résolument moderne. Camille, dans Une belle fille comme moi de François Truffaut ou Marie dans la Maman et la Putain de Jean Eustache, autant de femmes fortes et libres. A l’image de la Fiancée du pirate de Nelly Kaplan qui vient bousculer la société française un an après 1968, elle a su faire souffler sur le cinéma français un formidable vent de liberté.Amoureuse du cinéma et du théâtre, elle n’a eu de cesse d’inspirer toutes les générations de réalisateurs, les jeunes auteurs en particulier qu’elle soutenait avec conviction, elle qui aimait découvrir et expérimenter les formes les plus nouvelles. Avec Paulette de Jérôme Enrico, elle tire une ultime irrévérencieuse révérence.

 Mes pensées sincères et attristées vont à sa famille et à ses proches.

 Bernadette Lafont, née le 28 octobre 19381 à Nîmes, morte le 25 juillet 2013 dans la même ville2, est une actrice française.

Grâce à ses rôles dans Les Mistons (1957) de François TruffautLes Bonnes Femmes de Claude Chabrol ou encore La Maman et la putain (1973) deJean Eustache, elle est considérée comme l’une des égéries de la Nouvelle Vague3.

Biographie[modifier]

Fille de pharmacien, Bernadette Lafont se destine à la danse. Elle prend des cours à l’opéra de Nîmes où elle fait la connaissance de son futur mariGérard Blain, qu’elle épouse à l’âge de 18 ans3. Après sa séparation d’avec Gérard Blain, elle épouse en secondes noces le sculpteur hongrois Diourka Medveczky dont elle aura trois enfants : PaulineÉlisabeth et David.

À Paris, Bernadette Lafont rencontre François Truffaut, qui lui offre son premier rôle dans le court-métrage Les Mistons (1957), tourné la même année à Nîmes. Elle devient rapidement une figure représentative de la Nouvelle Vague notamment après les deux films de Claude Chabrol, essentiels du mouvement, Le Beau Serge en 1957 puis Les Bonnes Femmes en 1960. Elle est l’héroïne de Une belle fille comme moi de François Truffaut. Elle joue le rôle de Marie dans La Maman et la Putain (1973), de Jean Eustache.

La Fiancée du pirate de Nelly Kaplan, en 1969, lui permet de renouer avec le succès. Dans les années 1980, elle apparaît dans plusieurs films de Jean-Pierre Mocky mais surtout dans L’Effrontée de Claude Miller en 1985 qui lui valut le César de la meilleure actrice dans un second rôle.

Sa fille, Pauline Lafont, meurt en 19883.

En 1995, elle reçoit le prix Reconnaissance des cinéphiles à Puget-Théniers qui lui est attribué par l’association Souvenance de cinéphiles pour l’ensemble de sa carrière.

Elle préside le jury de la cinquième édition du Prix de l’éducation nationale décerné à l’occasion du Festival de Cannes 2007. Le jury, composé de 10 membres, visionne pendant « la quinzaine » la sélection officielle et la sélection « Un certain regard » et prime l’un de ces films en compétition.

Elle est faite Officier de la Légion d’honneur le 14 juillet 2009.

Le 22 juillet 2013, elle est victime d’un malaise alors qu’elle était au centre Hélio-Marin de Grau-du-Roi, elle a directement été transportée au CHU de Nîmes par le SAMU. Elle meurt le 25 juillet.

Filmographie[modifier]

Cinéma[modifier]

Courts métrages[modifier]

Longs métrages[modifier]

Télévision[modifier]

Théâtre[modifier]

Récompenses[modifier]

Précédée par César de la meilleure actrice dans un second rôle Suivie par
Caroline Cellier pour L’Année des méduses
Bernadette Lafont pour L’Effrontée
1986
Emmanuelle Béart pour Manon des sources

Notes et références[modifier]

  1.  Bernadette Lafont [archive] sur lesGensduCinema.com
  2.  La comédienne Bernadette Lafont est décédée [archive]
  3. ↑ ab et c Sabrina Champenois, « Bernadette Lafont, sans vague à l’âme », Libération, 14 janvier 2013 [texte intégral [archive]]

Liens externes[modifier]

Sur les autres projets Wikimedia :

 [masquer]

v · d · m

César de la meilleure actrice dans un second rôle

César du cinéma · Les César du cinéma par année
Années 1970 Marie-France Pisier (1976) · Marie-France Pisier (1977) · Marie Dubois (1978) · Stéphane Audran (1979)
Années 1980 Nicole Garcia (1980) · Nathalie Baye (1981) · Nathalie Baye (1982) · Fanny Cottençon (1983) · Suzanne Flon (1984) · Caroline Cellier (1985) · Bernadette Lafont (1986) · Emmanuelle Béart (1987) ·Dominique Lavanant (1988) · Hélène Vincent (1989)
Années 1990 Suzanne Flon (1990) · Dominique Blanc (1991) · Anne Brochet (1992) · Dominique Blanc (1993) · Valérie Lemercier (1994) · Virna Lisi (1995) · Annie Girardot (1996) · Catherine Frot (1997) ·Agnès Jaoui (1998) · Dominique Blanc (1999)
Années 2000 Charlotte Gainsbourg (2000) · Anne Alvaro (2001) · Annie Girardot (2002) · Karin Viard (2003) · Julie Depardieu (2004) · Marion Cotillard (2005) · Cécile de France (2006) · Valérie Lemercier (2007) ·Julie Depardieu (2008) · Elsa Zylberstein (2009)
Années 2010 Emmanuelle Devos (2010) · Anne Alvaro (2011) · Carmen Maura (2012) · Valérie Benguigui (2013)

Aidez à améliorer cette page

Avez-vous trouvé ce que vous cherchiez ?

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »