GHASS au Festival de Cannes du 15 Mai au 26 Mai 2013

Du 15 au 26 Mai 2013, le plateau télévisé du festival de Cannes sera « estampillé » GHASS

GHASS au festival de Cannes

Du 15 au 26 Mai prochains, dans le cadre du 66ème Festival de Cannes, les téléspectateurs du monde entier pourront découvrir en avant première les pièces de mobilier uniques signées GHASS, peintre et sculpteur, sur le plateau où les journalistes français et internationaux viendront interviewer les stars du Grand Ecran.

En pièce jointe, “The Heart by GHASS”  – Tableau en 3D  – Dimension : 245×215 cm                    GHASS soutient le fonds de dotation dédié à la lutte contre les maladies cardiaques qui organise son premier gala le 21 mai prochain à Cannes.

GHASS, son histoire

Ghass Rouzkhosh est né en 1964 à Shiraz en Iran dans une famille où l’art, la culture et la création étaient omniprésents. Il a 15 ans quand la révolution islamique éclate, 16 quand son pays entre en guerre contre l’Irak. En 89, après 8 ans de guerre dont 2 passées sur le front en tant que soldat, il retrouve son frère Golan, alors adolescent, à Paris.  GHASS et Golan, dans une situation économique très précaire, vont s’installer dans un atelier d’artiste prêté par un inconnu bienfaiteur Simon Czerkiewicz. GHASS va alors se mettre à créer pour exorciser et transcender la guerre, le sang, la rage et la violence qui ont marqué d’un fer rouge – il garde une profonde cicatrice derrière la tête – sa jeunesse. L’Art s’impose comme une thérapie. L’Art comme exutoire. GHASS n’a depuis jamais cessé de peindre, dessiner, sculpter.

Du Maroc à Monaco, de la Chine à la Russie en passant par le Moyen Orient, la reconnaissance de son talent s’étend chaque jour un peu plus.  En 2007, il fait sa première vente chez Christie’s et est aujourd’hui invité par les familles royales européennes et moyen orientales à leur présenter ses dernières œuvres.

Les MOMA de Los Angeles, Guggenheim de Bilbao et d’Abu Dhabi, Musée d’Art Contemporain de Bogota en Colombie s’intéressent de près à son œuvre et envisagent de l’intégrer dans leurs collections permanentes.

Ghass son œuvre

Dès 1991, trois couleurs s’imposent sur son premier tableau,  « Le Monde de Demain » : le rouge, inspiré du ciel après un bombardement, le noir en souvenir de la nature brûlée, des arbres calcinés et le blanc, hymne à la paix et à l’innocence.

Sa première exposition en 1997 lors d’un salon d’art contemporain se heurte à l’incompréhension du public. Pourtant la collectionneuse Raymonde Cazenave qualifie son travail de « visionnaire », lui assurant que son travail a dix ans d’avance sur la société. L’histoire lui a donné raison.

Il « accouche » quelques années plus tard du « Non », une toile en relief qui éveille le toucher. Cette œuvre aura un écho immédiat dans le refus du Président de la République française Jacques Chirac en 2003 d’envoyer des troupes en Irak.

En 2010, celui qui ne peignait ses souffrances qu’en tricolore ouvrira son cœur à une quatrième couleur: le jaune. Le symbole du jaune doit être pour lui celui d’un nouveau départ, d’un hymne à la vie, à l’espérance, suite au décès de ses parents.

Du dessin à la peinture, de la sculpture  au design, GHASS se sent à l’aise dans toutes les formes d’expression artistique. Sa thérapie a porté ses fruits et nombreux sont ceux qui se sont sentis touchés par sa vision du monde et l’ont rencontré: l’Impératrice Farah Pahlavi, François Pinault, Robert Hossein, Mansour Bahrami, Yannick Noah, Betty Lagardère…

2013 est l’année du « sacre », GHASS expose à Art Monaco, à Art Colombie, il sera bientôt au Festival de Cannes et ses projets sont chaque jour plus nombreux et hétéroclites avec un seul mot d’ordre : l’Art pour la Vie.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »