LA LOGE Dates

Le Festival ZOA – 1ère édition –

continue à La Loge jusqu’au 13 octobre

Bonjour,

je vous avais fait part de la programmation du Festival ZOA – 1ère édition – à La Loge du 2 au 13 octobre.
Après avoir accueilli Muriel Bourdeau, Eva Klimackova et Stéphanie Lupo, La Loge et ZOA font place, cette semaine, aux performances de Joël Hubaut & Léa le Bricomte, Gurshad Shaheman ainsi que Yalda Yunès & Gaspard Delanoë.

Je souhaitais savoir si vous envisagiez d’en parler.
Redécouvrez ci-dessous le programme de cette dernière semaine de festival ainsi que dans le dossier de presse à télécharger (PDF – 997Ko).
Et toujours sur le site de La Loge.

N’hésitez pas à me contacter pour toute question.
Nadia Ahmane
Attachée de presse de La Loge

06 03 51 48 20
laloge.presse@gmail.com

Mercredi 10 octobre – 20h
Joël Hubaut et Léa Le Bricomte – STONE ET CHARNEL
Durée : 1h – Crédit photo : D.R.
  Joël Hubaut et Léa Le Bricomte, plasticiens aux univers bucoliques et étranges, tentent d’expérimenter l’imprévisible percolation entre poésie sonore et rock-métal par des processus flexibles et spontanés d’improvisation in situ, et cela comme un prolongement possible de leurs expériences plastiques. Dans Stone et Charnel qui tient du cabaret et de la performance, leur attitude hybride expansée – voix amplifiée, guitare expérimentale, gestes incongrus – engendre un mix scénique aléatoire qui convoque autant le concert que la sculpture. Aucune intention préméditée, c’est la situation et le contexte éprouvé en temps réel qui déclenche le pulse de la transe dans le cadre traversé. Une proposition énergique, décalée, trouble, conceptuellement punko-zen et tragiquement parodique.

Jeudi 11 et Vendredi 12 octobre – 20h
Gurshad Shaheman – TOUCH ME (création)
Durée : 50 min – Crédit photo : D.R.
  Création de Gurshad Shaheman, Touch me tente de réunir le père et le fils dans un même espace afin d’interroger la complexité du lien entre ces deux entités que l’Histoire, la littérature, la psychanalyse et la religion donnent si souvent pour incompatibles.
Né en Iran où son père vit encore, le jeune artiste est séparé de son géniteur par une énorme distance géographique, culturelle et idéologique, mais aussi par la distance physique que son père a toujours maintenue puisque ce dernier ne l’a jamais touché sans éprouver une grande gêne.
Pour mettre à l’épreuve cette distance qui cristallise l’essence de ce qu’il est, l’artiste a imaginé un dispositif participatif : chaque spectateur se voit remettre un masque à l’effigie de son père ; il est convié à entendre une bande enregistrée où la voix du performeur retraverse des pensées et des souvenirs liés au père et au pays d’origine. Mais le spectateur, pour entendre sa voix, dissociée de son corps, doit établir un contact physique avec lui.

Samedi 13 octobre – 20h – Clôture du Festival
Yalda Younès et Gespard Delanoë – LE DISCOURS D’ENTRÉE DANS LA VESTE
suivi de PROBLÈME TECHNIQUE

DISCOURS D’ENTRÉE DANS LA VESTE – Durée : 15 min
PROBLÈME TECHNIQUE – Durée : 20 min

LE DISCOURS D’ENTREE DANS LA VESTE
Après avoir créé I Have a Dream (Mac/Val 2009, Actoral 2010) – performance inspirée du discours de Martin Luther King -, Gaspard Delanoë poursuit son travail de réflexion autour de la parole politique – de la parole des politiques – et présente Le Discours d’Entrée dans la Veste. C’est à partir du fameux discours prononcé par Barack Obama le jour de son investiture, le 20 janvier 2009, au National Mall de Washington, qu’il propose une forme de décryptage par l’absurde des « éléments de discours » qui constituent aujourd’hui la colonne vertébrale de toute communication politique.

PROBLEME TECHNIQUE
Dans l’esprit de JE SUIS VENUE, présenté cet été au Festival d’Avignon (25ème heure), Problème technique est une performance qui met en scène deux personnages interprétés par Yalda Younès et Gaspard Delanoë, l’une arabophone s’exprimant en tant que conférencière, l’autre traduisant méthodiquement ses propos en français.
Cependant, quelques éléments de langage distillés ci et là au fil de la traduction et une certaine dichotomie entre les discours viennent semer le doute sur le sens même de la conférence. Jusqu’à ce qu’un problème technique oblige le traducteur à réviser en catastrophe sa traduction, jetant sur le texte qui a été prononcé en arabe une tout autre lumière.

La Loge est soutenue par la Ville de Paris et le Conseil Régional d’Île-de-France
                                                                                                                                                
facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Vous pourriez aussi aimer...

Translate »