Planche(s) Contact

Planche(s) Contact

Planche(s) Contact, festival de créations photographiques, fête sa 7e édition du 22 octobre au 27 novembre 2016.

SINGULARITE, OUVERTURE ET EXIGENCE Planche(s) Contact, festival de créations photographiques, fête ses six ans et sa septième édition. Six ans, c’est l’âge où les enfants entrent à la « grande école ». Pour ce festival, c’est le temps qu’il a fallu pour rejoindre le cercle des principaux festivals de photographie. Depuis sa création en 2010, Planche(s) Contact, en restant fidèle aux principes posés lors de sa fondation, s’affirme aujourd’hui comme un rendez-vous singulier et créatif, un festival majeur dans la cartographie des manifestations photographiques nationales.

UN FESTIVAL DE RESIDENCES DE CREATION Lorsque la ville de Deauville a créé en 2010 Planche(s) Contact, son festival photographique, ce n’était pas pour créer un festival de plus, mais pour imaginer un festival unique avec une idée fondatrice privilégiant résidences de création et commandes publiques. Dans une démarche qui a tenté nombre de photographes, Planche(s) Contact s’est donné pour thématique l’exploration et la restitution de tout ce qui constitue les facteurs d’identité d’une ville. Planche(s) Contact, année après année, suscite et associe les regards croisés de photographes reconnus, de photographes émergents et d’étudiants des grandes écoles européennes de photographies, sur la ville et ses multiples visages. UN FESTIVAL OUVERT A L’INTERNATIONAL ET A TOUTES LES ECRITURES PHOTOGRAPHIQUES Chaque année, une large part des commandes valorise la photographie internationale. Cette année Joakim Eskildsen (Danemark) et Paolo Verzone (Italie) succéderont à : Massimo Vitali, Kishin Shinoyama, Rinko Kawauchi, Gunnar Smoliansky, Paolo Roversi, Terri Weiffenbach, Filip Dujardin, Harry Gruyaert, Kourtney Roy, Kristine Thiemann, Brian Griffin, … invités des précédentes éditions. Les expositions créées abordent différentes écritures photographiques, dans des registres qui invitent le portrait, le reportage, le nu, le paysage, les fictions et les mises en scènes photographiques, la nature morte, la mode, l’architecture, les recompositions du réel, …

Chaque édition invite et accompagne dix jeunes talents. Dix étudiants d’écoles européennes de photographie concourent à deux prix et reçoivent des bourses qui financent puis récompensent leurs travaux. Les quinze expositions du Off associent les photographes qui vivent en Normandie. Le concours de la 25e heure, événement festif et participatif, rassemble tous les amateurs de photo et invite le public qui aime les prises de vues à se confronter à une commande. Toutes les expositions sont libres d’accès, une gratuité accompagnée par un cycle d’actions de médiation pour partager le goût de la photographie des élèves de maternelle aux étudiants des écoles d’art. Les six premières éditions ont démontré la légitimité, l’intérêt et l’exigence artistique de Planche(s)

Contact. Chaque année ce festival monte en puissance avec un accroissement des expositions et l’ouverture de nouveaux lieux d’exposition. Autant de nouvelles actions rendues possibles par le développement de nouveaux partenariats, toujours en phase avec le projet artistique. Tout concourt à ce que 2016 soit une édition riche en découvertes et en rencontres pour rassembler à Deauville ceux qui aiment observer comment les photographes. Philippe Normand Directeur artistique 

Page 2 CALENDRIER DU FESTIVAL 2016 RÉSIDENCES DES PHOTOGRAPHES À DEAUVILLE BERNARD DESCAMPS 14 au 17 mai – 3 au 6 juin – 13 au 18 juillet JOAKIM ESKILDSEN 20 au 27 juin MAIA FLORE 13 au 16 juin LAURENCE LEBLANC 21 juin au 1er juillet PATRICK TOURNEBOEUF 6 au 10 juin PAOLO VERZONE 21 juin au 1er juillet ANNA BROUJEAN 21 au 24 juillet RÉSIDENCE DES DIX ETUDIANTS 21 juin au 1er juillet EXPOSITIONS OUVERTURE TOUS LES JOURS DU 22 OCTOBRE AU 1 ER NOVEMBRE, PUIS LES SAMEDIS ET DIMANCHES JUSQU’AU 27 NOVEMBRE HORAIRES : 10H30 > 13H – 14H30 > 19H  Page 3 TEMPS FORTS DU FESTIVAL SAMEDI 22 OCTOBRE 2016 – OUVERTURE DU FESTIVAL – VERNISSAGE DES EXPOSITIONS DU OFF SAMEDI 29 OCTOBRE 2016 – WEEK-END D’INAUGURATION – Samedi 29 octobre Vernissage itinérant des expositions Remise des prix du concours étudiants Minuit : Concours de la 25e heure Mondaine * Dimanche 30 octobre Remise des prix du concours photo de la 25e heure Mondaine PROGRAMME ET CALENDRIER A VENIR RENCONTRES AVEC LES PHOTOGRAPHES INVITÉS VISITES COMMENTÉES DES EXPOSITIONS ATELIERS ENFANTS LECTURES DE PORTFOLIO STAGES PHOTO 

Page 4 RÉTROSPECTIVE PETER KNAPP Le Deauville de Peter Knapp Première rétrospective présentée par le festival Planche(s) Contact, ces images réalisées dans les années 1970-80 témoignent de la longue et riche adéquation entre Deauville et la photographie de Peter Knapp. Dans la relation que Peter Knapp entretient avec Deauville, il est souvent question de commandes. Que ce soit pour la maison Courrèges ou pour les magazines Elle ou Stern, les planches de Deauville et le front de mer ont fourni un décor idéal. Simultanément à ses images de mode, Peter Knapp réalise à la fin des années 1970 des travaux plastiques, la série des « composés-recomposés » ou des monochromes bleus, qui n’ont pour motif que le ciel. Travailler à Deauville lui a permis d’affiner ses recherches, des jeux subtils entre indices et géométries, et de jouer avec ses images pour constituer de nouveaux paysages fictifs. Après une formation aux Arts Décoratifs de Zurich, Peter Knapp assure à son arrivée en France diverses directions artistiques de magazines dans les années 1950, au Nouveau Fémina ou pour les Galeries Lafayette.

En 1959, il prend la direction artistique de Elle. À partir de cette date, ses travaux photographiques s’orientent vers la mode, aux côtés d’André Courrèges et d’Emmanuel Ungaro. Par sa rigueur, sa maîtrise de la mise en page et de la photographie, Peter Knapp révolutionne et renouvelle la photographie de mode en France : lignes et formes deviennent primordiales. Une image épurée, base d’une méthode qui réduit l’importance traditionnelle de la perspective au profit d’une géométrie sensible. http://www.peterknappphotography.com Le Deauville de Peter Knapp est une exposition créée en collaboration avec François Cheval et Audrey Hoarea pour Planche(s) Contact 2016. L’exposition est présentée avec le soutien d’Olympus. Peter Knapp © Patrice Josserand Marcy à Deauville, ‘Bonjour Courrèges’, n°10 de l’été 1981 © Peter Knapp 

Page 5 COMMANDE PHOTOGRAPHIQUE À BERNARD DESCAMPS Maître de la photographie noir et blanc, Bernard Descamps aime les courbes des plages et des déserts, les ciels d’oiseaux et les lumières balnéaires. Depuis les années 80, avec un sens unique du cadrage et de la composition, Bernard Descamps utilise le format carré qui épure et recompose les paysages d’Afrique, les rues de Tokyo ou les plages du Nord en hiver. A Deauville il reprend sa posture préférée, celle du photographe voyageur qui marche longuement et arpente la plage et la ville, ses espaces vides ou investis, la semaine et le week-end. C’est ainsi qu’il la révèle, en nuances et dans toutes ses lumières. Bernard Descamps signe sa première publication en 1974, dans la revue suisse Camera.

Il expose l’année suivante avec Bernard Plossu, Bruno et Kuligowski, à la Bibliothèque nationale de France, dans une exposition organisée par Jean-Claude Lemagny. S’en suivront une série d’expositions collectives et personnelles, en France et à l’étranger, notamment : en 1976 avec André Kertész au musée de Leverkusen (Allemagne), en 1978 au centre Georges Pompidou pour une exposition personnelle, et en 1983 pour Sahara, une exposition présentée galerie Agathe Gaillard à Paris. En 1986, il fait partie des membres fondateurs de l’agence VU. Huit ans plus tard il fonde aux côtés de Françoise Huguier les Rencontres de la photographie africaine de Bamako. Ses travaux ont récemment été exposés à l’hôtel de Sauroy lors d’une rétrospective présentée à l’automne 2015, ayant donné lieu à la parution d’un nouveau livre, Où sont passés nos rêves ? (éd. Filigranes). Bernard Descamps est représenté par les galeries Camera Obscura, Paris et la Box galerie, Bruxelles. http://www.bernarddescamps.fr Bernard Descamps sera en résidence à Deauville du 3 au 6 juin, puis du 13 au 18 juillet 2016 La plage © Bernard Descamps, Deauville, 2016 

Page 6 COMMANDE PHOTOGRAPHIQUE À JOAKIM ESKILDSEN Entre photographie sociale et road photography, Joakim Eskildsen a arpenté les rues de La Havane et les quartiers des grandes villes américaines qui concentrent le plus fort taux d’exclus. Son regard en a restitué les nuances, dans des images fortes, chargées d’émotions, et soutenues par des cadrages rigoureux et des couleurs crépusculaires. A Deauville qu’il ne connaît pas encore, Joakim Eskildsen va arpenter la ville pour en saisir d’autres réalités. Joakim Eskildsen, né en 1971 à Copenhague, vit et travaille à Berlin. Diplômé d’un master en photographie de l’université d’Art et de Design d’Helsinki, il travaille régulièrement en collaboration avec son épouse, l’écrivaine et poétesse Cia Rinne. Au cours des années 1990, ils réalisent ensemble leurs premiers projets : Nordic Signs (1995), un hymne à la nature à travers un recueil de photographies prises en Europe du Nord; Bluetide (1997), récit du drame d’Apulia, village de pêcheurs portugais touché par l’érosion maritime; et iChikenMoon (1999) dont l’ouvrage a obtenu le prix du meilleur titre étranger en 2000 dans le Photo-Eye books & Prints annual Awards. Joakim Eskildsen produit par la suite deux nouvelles séries : American Realities en 2011 et Cuba en 2013. La première s’intéresse à l’état de crise financière et à ses conséquences néfastes sur les habitants ; la seconde retrace l’évolution architecturale cubaine en milieu urbain, et particulièrement à La Havane. Traitant de sujets sociologiques voire politiques à travers des portraits, des scènes de vie ou même des paysages, sa maîtrise de la couleur confère à ses récits une force particulière, entre révolution, espoir et anxiété. http://www.joakimeskildsen.com/ Joakim Eskildsen sera en résidence à Deauville du 20 au 27 juin 2016 Parallèlement à cette commande du festival Planche(s) Contact, le festival Les Boréales (Caen/Normandie) présentera l’exposition Nordic Signs de Joakim Eskildsen, du 17 au 27 novembre 2016. Série Home I © Joakim Eskildsen 

Page 7 COMMANDE PHOTOGRAPHIQUE À MAIA FLORE Jeune talent révélé par le prix HSBC 2015, Maia Flore conçoit des narrations personnelles, mises en scène dans des paysages oniriques et des décors patinés par le temps. Dans ses compositions, les corps pâles, les silhouettes épurées, animés d’une apesanteur surréaliste, apparaissent comme le trait d’union entre mondes intérieurs et paysages extérieurs. Le corps y perd pied avec le réel et devient une fine membrane de laquelle débordent nos rêves et pensées. Maia Flore révèle un Deauville renouvelé, intriguant, et inspirant. Deauville aux lumières douces, devenu pays des songes, se fait terrain de jeu d’une poésie toute personnelle. Maia Flore est née en 1988, en France. Membre de l’Agence VU, elle est représentée par la Galerie Esther Woerdehoff. L’actualité de ses expositions se déroule en France (Musée de la photographie de Lille, Arsenal de Metz, Paris Photo, Châlon sur Saône,…) et à l’étranger (San Francisco, New York, Philadelphie, Portland, Milan, Rome, Amsterdam…), lors d’expositions personnelles et collectives. En 2015, elle est lauréate du Prix HSBC pour la Photographie. Ses images ont été publiées dans la presse française (Le Monde, Libération, le Figaro, Photos Nouvelles,…) tout comme à l’international (The New Yorker, PDN, La Repubblica, Kinfolk, …). Maia travaille également en commande pour la presse (Le Monde, Sport & Style, M le Monde, Kinfolk, …) et les institutions culturelles (Institut Français, Centre de Danse à Lille, FIPA), ainsi que comme directrice artistique pour Ouur Media. Sa première monographie est publiée chez Actes Sud en Juillet 2015. http://www.maiaflore.com/ Maïa Flore sera en résidence à Deauville du 13 au 16 juin 2016 Série Adventures © Maia Flore /Agence VU’, 2012-2013 Autoportrait © Maia Flore / Agence VU’, 2014 

Page 8 COMMANDE PHOTOGRAPHIQUE À LAURENCE LEBLANC Artiste issue d’une formation plastique, la pratique photographique de Laurence Leblanc reste empreinte d’une attention particulière à la matière et au médium. Chez elle, l’acte de création se construit par imprégnation du sujet et de son environnement. Laurence Leblanc est accueillie en résidence pour la 7ème édition de Planche(s) Contact et réalisera à Deauville une série d’images sensibles et attentives aux espaces qui s’aménagent entre les humains et les choses. Laurence Leblanc, née en 1967 à Paris, commence très jeune son parcours artistique en suivant des cours de dessin et de peinture à l’école Martenot, ainsi qu’une formation à la gravure aux Arts décoratifs du Louvre. Lauréate en 2000 de la Villa Médicis Hors-Les-Murs pour son projet au Cambodge, elle reçoit plusieurs prix dont celui de la Fondation HSBC pour la Photographie en 2003. Elle publie la même année Rithy, Chéa et Kim Sour, puis Seul l’air (2009), tous deux aux éditions Actes Sud. Son travail est exposé aux 40ème Rencontres Internationales de la Photographie d’Arles. Les photographies de Laurence Leblanc sont acquises par des collectionneurs privés, le Fonds National d’Art Contemporain ou le Musée Nicéphore Niepce. Laurence Leblanc est lauréate du Prix Nicéphore Niepce en 2016. La vidéo (avec le film Bulles de silence) et le son (avec un atelier de création radiophonique sur France Culture) font aussi partie de ses domaines d’expérimentations depuis plusieurs années. http://www.laurenceleblanc.com/ Laurence Leblanc sera en résidence à Deauville du 21 juin au 1er juillet 2016 Série Rendons le possible, Cambodge, 2012 ©Laurence Leblanc 

Page 9 COMMANDE PHOTOGRAPHIQUE À PATRICK TOURNEBOEUF Le voyage intérieur Dans la continuité de sa série Monumental réalisée sur les lieux de mémoire, Patrick Tourneboeuf est invité à Deauville pour une immersion au sein de l’hôtel Normandy. Grâce à une vision systématique dépassant par sa plasticité le simple documentaire, Patrick Tourneboeuf livre un regard singulier et curieux, sur le plus célèbre hôtel de Deauville. Il en interroge l’identité présente et passée, par le prisme de sa rénovation récente, mais en lien, aussi, avec ses mutations sociologiques et historiques. Pensé comme une quête intérieure, ce travail consiste moins en un pur documentaire qu’en une approche sensible, presque charnelle, de la mémoire de l’établissement. Né en 1966 à Paris, Patrick Tourneboeuf est co-fondateur du collectif Tendance Floue, créé en 1991. Il travaille à l’observation méticuleuse du banal, de ses empreintes légères, pratiquement impalpables, gommées par le temps. Si ses sujets d’étude sont nombreux, tous se distinguent par leur perception fine et réfléchie des rapports qu’entretient l’homme avec son environnement. Il réalise dès les années 1990 une étude des lieux communs de l’espace urbain, avec les séries Périphérique et Nulle Part. Sa démarche photographique cherche à retracer la présence humaine sur des sites en lien avec l’Histoire. Plusieurs séries s’interrogent ainsi sur nos lieux de mémoires et la fixation des stigmates du passé, dont la série La Cicatrice, sur les traces du mur de Berlin et La Mémoire du Jour J, sur les plages du débarquement. Patrick Tourneboeuf répond parallèlement à des commandes d’institutions publiques dont le Grand Palais, le Château de Versailles ou le théâtre national de l’Odéon. http://tendancefloue.net/patricktourneboeuf/ Patrick Tourneboeuf sera en résidence à Deauville du 6 au 10 juin Archives nationales, Série Monumental © Patrick Tourneboeuf / Tendance Floue Portrait de Patrick Tourneboeuf © Frédéric Delangle 

Page 10 COMMANDE PHOTOGRAPHIQUE À PAOLO VERZONE Les travailleurs de la mer Paolo Verzone développe des séries photographiques qui interrogent notre société et la représentation de ses loisirs. Il réalise des portraits stricts et inscrits dans une tradition documentaire. Pour Planche(s) Contact 2016, Paolo Verzone revient à Deauville, qu’il connait déjà, pour aller à la rencontre de ceux qu’il appelle Les travailleurs de la mer. Un état des lieux, des portraits individuels ou par petits groupes, pour révéler la diversité des métiers en lien avec la mer et la plage de Deauville. Du pêcheur au marchand de glace, du capitaine du port de plaisance au loueur de parasol… Une diversité de métiers et d’individualités restitués dans leurs vérités et leurs singularités. Né en 1967 à Turin et vivant à Paris, Paolo Verzone est membre de l’Agence VU’ depuis 2003. Depuis 30 ans, il photographie les populations qui l’entourent, avec rigueur et éclectisme. Sa pratique photographique est passée de la commande presse au documentaire personnel. Ses photographies s’attachent à refléter la multiplicité et la singularité de chaque individu. Après avoir photographié les baigneurs des rivages méditerranéens dans sa série Seeuropeans, Paolo Verzone publie en 2014 son livre Cadets, regroupant des portraits d’étudiants d’écoles militaires en Europe. Paolo Verzone a reçu le World Press Photo en 2000, 2009 et 2015. Ses photographies ont intégré plusieurs collections dont celles du Victoria et Albert Museum, de la bibliothèque Nationale de France et de l’Instituto Nazionale della Grafica à Rome. http://www.paoloverzone.com/ Paolo Verzone sera en résidence à Deauville du 21 juin au 1er juillet Série Cadets © Paolo Verzone / Agence VU’ 

Page 11 COMMANDE PHOTOGRAPHIQUE À ANNA BROUJEAN Lauréate du Concours étudiants 2015 A la poursuite du rayon vert Lauréate du Prix de la Fondation Louis Roederer de Planche(s) Contact 2015, Anna Broujean est invitée en 2016 pour une commande photographique du festival. Elle se lance à la poursuite du rayon vert. Entre science, fiction et science-fiction, ce projet s’intéresse au phénomène du rayon vert, ce point de lumière coloré que l’on peut percevoir furtivement lorsque le soleil bascule sous l’horizon. Regroupant éléments d’enquête mi-rêve, mi-réalité, et utilisant différents supports (photographies, photomontages, images d’archive, collages, sons…), A la poursuite du rayon vert va capturer et décliner sous forme photographique ce furtif éclair qui jaillit parfois sur la ligne d’horizon de Deauville. Née en 1987 à Paris, Anna Broujean est diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles en 2015. En 2014, elle est invitée au 59ème Salon de Montrouge et ses vidéos sont notamment projetées au Forum des Images et diffusées sur Arte. Artiste multidisciplinaire, elle propose avec humour dans ses différents travaux relectures et décalages mêlant photographie, textes, images d’archives et installations. Après une première exposition personnelle à Marseille en avril 2015, elle est accueillie en résidence à Montréal et à Shanghai. http://www.annabroujean.com/ Anna Broujean sera en résidence à Deauville du 21 au 24 juillet Musée du coquillage ébréché, Série Office de Tourisme © Anna Broujean, 2015 Musée du coquillage ébréché, Série Office de Tourisme © Anna Broujean, 2015 

Page 12 CONCOURS ÉTUDIANTS FONDATION LOUIS ROEDERER Principe fondateur du Festival Planche(s) Contact, dix étudiants d’écoles européennes de photographie, sélectionnés sur dossier puis sur entretien, sont accueillis en résidence à Deauville pendant dix jours (du mardi 21 juin au vendredi 1 er juillet 2016). Ils reçoivent chacun la même enveloppe de production et ont pour sujet Deauville. C’est leur esprit créatif, leur imagination et leur écriture qui feront la différence devant le jury et le public. Leur travail est exposé durant toute la durée du festival et soumis à un jury composé de personnalités de la photographie, présidé par Bettina Rheims. A l’issue du festival, l’intégralité des photographies réalisées rejoignent la collection publique et photographique de la Ville de Deauville. DEUX PRIX > Le Prix de la Fondation Louis Roederer est décerné par le jury Planche(s) Contact. Il est doté d’une bourse de 5000 € et d’une commande d’exposition pour l’édition 2017 de Planche(s) Contact. > Mis en place pour la deuxième année consécutive, le Prix du public est doté de 3000 €. Les deux lauréats sont également invités pour une résidence de 3 jours à l’été 2017, à Reims, au siège de la Fondation Louis Roederer, partenaire fondateur du festival Planche(s) Contact. LE JURY Bettina Rheims, présidente Isabelle Huppert, Marin Karmitz, Philippe Augier, maire de Deauville Serge Bramly, écrivain Héloïse Conesa, conservatrice en charge de la photographie contemporaine à la la BnF Thierry Consigny, publicitaire Babeth Djian, directrice magazine Numero Alain Genestar, directeur magazine Polka Thierry Grillet, directeur de l’action culturelle de la BnF Didier Mouchel, ex -chef de projet mission photo, pôle images de Haute-Normandie. Jean-Jacques Naudet, directeur de L’Oeil de la Photographie LES ETUDIANTS ENSP, ARLES : Hélène Bellenger et Vincent Marcq WEIBENSEE KUNSTHOCHSCHULE, BERLIN : Lukas Fisher et Rie Yamada LA CAMBRE, BRUXELLES : Han Chen et Justyna Wlerzchowiecka THE LONDON COLLEGE OF COMMUNICATION, LONDRES : Lynda Laird et Yunya Yin CEPV, VEVEY : Charles de Senarclens et Yvan Alvarez 

Page 13 Le projet ARCHISABLE Restitutions photographiques d’architectures de sable par Michel Tréhet, photographe. Martine-Tina Dassault à l’origine de ce projet, s’associe avec Antoine Grumbach, architecte urbaniste, Grand Prix de l’Urbanisme 1992 et Membre du Conseil Scientifique de l’Atelier International du Grand Paris. Pour cette exposition et ce projet en deux temps, ils invitent une douzaine d’architectes sur le littoral normand à se confronter au sable. Terrain de jeu, mais surtout terrain d’investigations et d’expériences, pour une architecture de sable face aux impondérables assauts du vent, de l’eau et de la friabilité. La création est ouverte, une seule contrainte : aucune colle, ciment ou adjonction de matériau. Architectes pressentis : Antoine Grumbach, Christian et Elizabeth de Porzamparc, Léna Soffer, Franck Hammoutène, Dominique Châtelet, Dominique Jakob et Brendan Macfarlane, Michel Desvignes, Dinah Diwan, Nasrine Seraji, … Antoine Grumbach, architecte 

Page 14 CONCOURS PHOTO OUVERT A TOUS LA 25E HEURE MONDAINE DORMIR UNE HEURE DE PLUS ? VIVRE UNE HEURE DE PLUS ? Troisième composante du festival, la 25ème heure Mondaine est un concours annuel pour s’offrir une tranche de vie supplémentaire, pour créer, observer et arpenter Deauville de nuit, entre minuit et minuit, lors du passage à l’heure d’hiver. Durant une heure d’une nuit exceptionnelle, du samedi 29 octobre au dimanche 30 octobre 2016, de minuit à minuit, 200 photographes amateurs ou professionnels, en couple, en famille, en groupe ou solo, donneront leur vision ou leur perception imaginaire de la « 25e heure » à Deauville. SHANGHAI OU PÉKIN ? Mondaine et le Comité PATA France, partenaires en 2016 de la 25e heure Mondaine ont prévu des dotations exceptionnelles – dont deux billets d’avion aller-retour Paris-Shangaï – qui s’ajoutent à la dotation de Réponses Photo, partenaire du concours depuis sa création. Règlement et inscriptions sur www.deauville.fr DEROULEMENT DU CONCOURS SAMEDI 29 OCTOBRE 21h30 : Accueil des participants à la Villa Le Cercle, 1 rue Jacques Le Marois. Les journalistes de Réponses Photos et les techniciens d’Olympus, vous attendent pour échanger sur les techniques de prise de vue de nuit. Des appareils photo Olympus seront mis à la disposition des participants qui le souhaitent (sur présentation d’une pièce d’identité). Minuit : Top départ du concours de la 25e heure, départ des participants en prises de vues. Minuit : Une heure après le top départ, les photographes remettent sur fichier numérique leur photo préférée aux organisateurs. DIMANCHE 30 OCTOBRE 10h : Accrochage des photos développées dans la nuit  Page 15 11h : Délibération du jury de Planche(s) Contact, sous la présidence de Bettina Rheims 12h : Remise des prix aux Lauréats INSCRIPTIONS, REGLEMENT : www.deauville.fr 

Page 16 LES EXPOSITIONS DU OFF Le « Off » de Planche(s) Contact accueille chaque année une quinzaine d’expositions photographiques produites par des photographes vivant une partie de l’année à Deauville, ou par des collectifs et associations de passionnés de photographie. Deauville et ses composantes restent la thématique centrale de ce volet porté par des photographes qui connaissent très bien la ville et son atmosphère. Visibles durant toute la durée du festival, le vernissage des expositions du Off aura lieu le samedi 22 octobre 2016. D’AUTRES REGARDS SUR D’AUTRES FACETTES DE DEAUVILLE AVEC DES EXPOSITIONS A DECOUVRIR DANS DES VILLAS, DES COMMERCES, DES LIEUX PUBLICS. DES PHOTOGRAPHIES PASTEL DE LA PISCINE OLYMPIQUE DE DEAUVILLE, par André Mangion, photographe du collectif Objectif Images 14 UNE IMMERSION AU CŒUR DES VENTES DE CHEVAUX, grâce à Irène Jonas et Eve Le Roy UN TRAVAIL MAGNIFIANT LES VISAGES ET SOURIRES DES DEAUVILLAISES, par Lisa Dolley DES IMAGES COLOREES PROCHES DE L’ABSTRACTION, du Deauville de Véronique Molléro, UN REGARD HUMORISTIQUE SUR LES ACTIVITES DE DEAUVILLE ACCUEIL par Henri Kamer aux côtés des photographies de : Béatrice Augier, Patrick Gaudinot, Laurent Lachèvre, les élèves du lycée André Maurois, Gérald Morel, le collectif Objectif Image 14, Sandra Police, Agnès Sénécal et Louise Skira. 

Page 17 LES PARTENAIRES DE PLANCHE(S) CONTACT Le financement de Planche(s) Contact, manifestation imaginée et organisée par la Ville de Deauville, est soutenu par le Ministère de la Culture, Direction Régionale des Affaires Culturelles de Basse-Normandie, la Région Normandie, le Conseil Départemental du Calvados, et par des mécènes et partenaires privés. PARTENAIRES INSTITUTIONNELS LE MINISTERE DE LA CULTURE, DIRECTION REGIONALE DES AFFAIRES CULTURELLES DE BASSE-NORMANDIE Service déconcentré du ministère de la Culture et de la Communication placé sous l’autorité préfectorale, la Direction Régionale des Affaires Culturelles met en œuvre au plan régional la politique culturelle gouvernementale. Forte de l’expertise de ses différents services, elle soutient la création artistique et sa diffusion à tous les publics. Elle veille également à la dimension culturelle de l’aménagement du territoire et à la sauvegarde du patrimoine mobilier, immobilier et archéologique. Elle instruit enfin les demandes de subventions émises par les différents acteurs culturels et assure auprès d’eux un rôle d’observation et de contrôle. Elle soutient Planche(s) Contact pour la quatrième année. LA REGION NORMANDIE Attentive à conforter la photographie sur son territoire, La Région Normandie soutient depuis 2013 le festival Planche(s) Contact de Deauville, devenu le principal festival photographique de Normandie et majoritairement fréquenté par un public normand LE CONSEIL DEPARTEMENTAL DU CALVADOS Le conseil départemental du Calvados a rejoint les partenaires institutionnels du festival Planche(s) Contact en 2015. Il apporte à nouveau son soutien à la création photographique en terre normande et participe au rayonnement de la Normandie dans l’espace culturel français. PARTENAIRES PRINCIPAUX LA FONDATION LOUIS ROEDERER La Fondation Louis Roederer accompagne, depuis 2003, la Bibliothèque nationale de France dans le développement de sa Galerie de photographie et a ainsi soutenu de nombreuses expositions, tout en contribuant à la découverte d’artistes et en favorisant la recherche dans le cadre de la bourse de la photographie. 

Page 18 Ce mécénat a valu à Louis Roederer, seul en Champagne, le titre de Grand Mécène de la Culture. La Fondation Louis Roederer est aussi mécène du Palais de Tokyo depuis sa réouverture en 2012 et de la Galerie Sud-est du Grand Palais consacrée à la photographie. Avec Bettina Rheims, Sophie Calle, Raymond Depardon, Stéphane Couturier, Richard Prince, JR, et bien d’autres, la Maison Louis Roederer a poursuivi cette « recherche de l’œuvre » qui fait écho à celle qu’elle mène depuis plus de deux siècles dans ses vignes et ses caves. C’est au cours de cette quête qu’elle a rejoint le Festival Planche(s) Contact, depuis sa création en 2009, heureuse d’accompagner la Ville de Deauville et le jury Planche(s) Contact dans la découverte de nouveaux talents. La Fondation Louis Roederer décerne ainsi, chaque année, un prix au lauréat du concours étudiants. En 2015, pour la première fois, la Fondation a souhaité récompenser un second étudiant en créant le Prix du Public. OLYMPUS Olympus est engagé depuis toujours et d’une manière unique au service de l’image sous toutes ses formes dans la science, la recherche, la santé, l’industrie et bien sûr la photographie. Mais l’engagement d’Olympus va au-delà des produits. Il consiste également à accompagner et soutenir dans la durée les acteurs du monde de la photo : les photographes d’abord, et aussi les institutions culturelles. Planche(s) Contact est un festival unique en France en s’appuyant ainsi sur la création et la commande publique. Logiquement, Olympus a rejoint le festival et soutiendra cette année la rétrospective du travail de Peter Knapp à Deauville. LE GROUPE IDEC Le groupe IDEC est composé de 10 sociétés intervenant dans l’Investissement, la Promotion et la réalisation d’ensemble immobilier. Il est présidé par Patrice LAFARGUE. Les secteurs principaux sont sur la logistique, les centres commerciaux, le logement résidentiel ainsi que les domaines d’activités agro-alimentaires, pharmaceutique et cosmétique. Le Groupe IDEC c’est près de 250 personnes – 200 M€ de CA. Au sein du Groupe IDEC, on a compris très tôt les vertus du sponsoring et du mécénat. De ces « aventures » sont nées de vraies histoires humaines et une passion partagée entre les hommes, qui ont permis de forger des liens hors du commun au sein de Groupe IDEC. Ainsi, derrière le Président du Groupe, des hommes et des femmes, fiers de pouvoir défendre des causes et de s’engager en partageant des moments d’émotions intenses. L’engagement social de notre Société, n’est pas une obligation mais juste un devoir. MONDAINE Appréciée des photographes et des amoureux du « Beau » depuis longtemps, Mondaine est fière d’associer son nom à la « 25ème Heure Mondaine », concours de photographie original qui aura lieu à Deauville, avec un jury prestigieux. Swiss-Made, design et intemporelles, les montres Mondaine allient un style pur au célèbre cadran, inspiré du mouvement Bauhaus : crée en 1944, ce cadran a été choisi par Apple en 2012 pour ses Ipad et Iphone sous ios6: bel hommage ! Un cadran devenu culte également arboré par les 3000 horloges des gares Suisses. Rouge, la trotteuse à bout rond ainsi que le bracelet sans couture parachèvent ces  Page 19 garde-temps d’une touche gaie et colorée… Depuis quelques années, les montres Mondaine à bracelet rouge ou maille milanaise sont devenues de véritables îcones dans le monde entier. Ultraplate, grande date, alarme, automatique, ou même stop2go avec une pause de 2 secondes toutes les 58 secondes : les montres Mondaine proposent de nombreuses versions innovantes. BMW BMW ET LA PHOTOGRAPHIE. Pourquoi un tel partenariat ? D’un premier abord, cela peut paraitre surprenant… mais finalement la réponse est assez simple, comme une évidence même, puisque les deux univers se rejoignent autour de deux valeurs essentielles que sont l’esthétique et l’innovation. L’ESTHETIQUE, caractéristique essentielle de chaque modèle BMW. Que serait une automobile sans une courbe, un relief, des lignes… L’INNOVATION, une passion BMW par excellence depuis 100 ans. Oser l’esprit pionner est dans l’ADN de la marque. S’engager dans le domaine de la photographie, c’est aussi affirmer son soutien à la création et manifester sa volonté d’accompagner la photographie en tant que médium original et spécifique. Comme un cliché, chaque instant est unique dans une BMW. Un instant gagné sur le temps. Une performance technique dédiée à l’esthétique et au plaisir. COMITE PATA FRANCE L’association développe les échanges touristiques vers, depuis et avec l’Asie Pacifique. Elle s’associe pour la seconde fois au Concours de la 25e heure Mondaine en offrant deux billets d’avion aller-retour pour Pékin ou Shanghaï au lauréat du concours. 

Page 20 ILS SOUTIENNENT PLANCHES CONTACT GARES&CONNEXIONS SNCF GARES & CONNEXIONS, RÉVÉLATEUR DE CULTURE Accueillir chaque jour dix millions de voyageurs, visiteurs et riverains appelle un engagement fort pour améliorer toujours la qualité de l’exploitation, imaginer de nouveaux services et moderniser le patrimoine. SNCF Gares & Connexions a ainsi choisi, depuis sa création, de mettre la vie culturelle des régions et des villes au cœur des gares. Notre conviction : l’art est un élément essentiel à la vie, à l’enrichissement personnel et au mieux-vivre ensemble. Au total, ce sont aujourd’hui plus de cinquante gares réparties sur l’ensemble du territoire qui animent tout au long de l’année le quotidien des voyageurs et des riverains. Partenaire référent des festivals photographiques ImageSingulières, PhotoMed, La Gacilly, Les Rencontres d’Arles, Circulation(s), multipliant les occasions de faire découvrir à son public les remarquables festivals qui ont lieu à travers toute la France, SNCF Gares & Connexions est fière de s’associer pour la première année au festival Planche(s) Contact qui met en résonnance la photographie contemporaine avec la ville de Deauville. Une manière supplémentaire de transformer nos gares en espaces de connexions entre les territoires, les visiteurs, riverains, voyageurs, et la photographie. Du 1er octobre au 30 novembre, 45 reproductions de photographies réalisées à Deauville pour Planche(s) Contact 2016, seront visibles en gare de Paris Saint Lazare. LE MORNY’S CAFE De manière spontanée, le Morny’s Café est devenu le restaurant des photographes. Il rassemble le midi autour d’une même table, photographes reconnus et jeunes étudiants des écoles européennes de photographie. De cette fréquentation régulière est née un partenariat impulsé par Hubert et Angéline Landeau, les propriétaires d’alors, pour offrir les repas des résidences photographiques. Jean-Claude Alaux, nouveau propriétaire depuis juin 2015, poursuit depuis cet accompagnement. Durant le Festival Planche(s) Contact 2016, le Morny’s Café accueillera ses clients sur un set de table original commandé à un photographe du Off de Planche(s) Contact. LES MANOIRS DE TOURGEVILLE Hôtel mythique construit dans les années 70 par Claude Lelouch, il a été entièremen repensé et redécoré, depuis son rachat par le Groupe Floirat. Les Manoirs de Tourgéville, sont la nouvelle destination de charme et de luxe de la Côte Normande. Manche, Atlantique ou Méditerrannée, partout les établissements du Groupe Floirat déclinent les mêmes valeurs de qualité, de chaleur et d’accueil grâce à des emplacements de premier choix et un personnel naturellement généreux. L’hôtel, situé dans un parc de 7 hectares paisible et séduisant, est composé d’une bâtisse principale en colombages et de cinq manoirs normands de forme ronde, le premier étant consacré au restaurant panoramique le « 1899 ». C’est au restaurant des Manoirs de Tourgéville que les membres du jury de Planche(s) Contact mènent leurs débats pour élire les lauréats du concours étudiants Fondation Louis Roederer.  Page 21 PARTENAIRES MEDIAS L’ŒIL DE LA PHOTOGRAPHIE L’Œil de la Photographie est le site web de référence pour toute l’actualité de la photographie : publications, temps forts, archives…Quotidien en ligne, unique, dédié à la photographie, il propose un contenu complet et varié, pour tous, professionnels et amateurs. Que vous soyez acheteur ou collectionneur, que vous travailliez dans un festival ou une galerie, que vous aimiez la photographie en professionnel ou en amateur passionné, L’Œil de la Photographie a été conçu à votre intention. L’Œil de la Photographie vous informe des dernières tendances, des actualités, des records de ventes aux enchères, des publications des livres les plus attendus et de la découverte des nouvelles stars de la photographie. L’Œil de la Photographie vous permet également de vous plonger dans des entretiens et de tout savoir sur les prochaines expositions de référence, que vous résidiez à New York, Paris, Londres, Berlin, Tokyo ou Shanghai. L’Œil de la Photographie est né d’un constat : l’absence de site internet regroupant toute l’actualité du monde de la photographie, qu’il s’agisse des événements, de l’actualité ou des dernières tendances. En 2014, à l’heure où 1 milliard de personnes communiquent en images via Facebook, Instagram, Flicker et autres réseaux sociaux, il est grand temps de développer une plateforme internet unique sur laquelle la photographie puisse s’exprimer, être regardée et archivée sous toutes ses formes, couleurs et tendances. Traduit chaque jour en français, en anglais, et désormais en chinois, L’Œil de la Photographie est l’outil indispensable de recherche pour tout le Who’s Who de la photographie, ainsi qu’un lieu d’inspiration pour tous les amateurs et amoureux de la photographie. L’Œil de la Photographie est déjà en passe de devenir le magazine web sur la photographie le plus reconnu et le plus lu par les professionnels du monde entier. L’Œil de la Photographie est devenu LE guide de référence pour les millions de personnes qui visitent chaque jour musées et galeries, qui achètent des livres de photographie ou des tirages, ou qui ont simplement besoin d’informations sur tout ce qui concerne le monde de la photographie. L’Œil de la Photographie se veut le Wikipédia de la photographie, l’Instagram et le Facebook des professionnels du 4e Art, le Vanity Fair et le magazine people de la scène artistique en photographie. REPONSES PHOTO Un magazine fait par des passionnés pour des passionnés, amateurs ou professionnels. Réponses photo couvre toute l’actualité de la photographie, publie des portfolios qui privilégient la photo d’auteur, mais aussi des dossiers pratiques, des tests…Le magazine publie également deux hors-série par an en juin et en novembre, plus orientés culture et photo contemporaine. Il est partenaire du Concours de la 25è heure Mondaine et dote chacun des lauréats d’un abonnement d’un an. POLKA MAGAZINE Créé en 2008 par la famille Genestar, Polka Magazine est un magazine bimestriel consacré à la photographie et au photojournalisme qui témoigne, explique, décrypte l’actualité. Les grands noms de la photographie y révèlent la réalité du monde et enrichissent la légende en exprimant la mémoire de demain. Libre et exigeant, Polka Magazine fait partie de cette nouvelle génération de magazines qui prennent le temps de l’analyse pour donner du sens à l’actualité plutôt que de se laisser dicter le rythme imposé d’une info zapping, people et scénarisée. 

Page 22 Cette vocation d’artisan se voit et se touche dans une qualité d’impression remarquable. Media innovant, Polka associe au magazine une exposition prestigieuse et une communauté sur internet en s’appuyant sur trois médias : un magazine bimestriel, une galerie et un réseau d’expositions, un site web. Le magazine est disponible dans les kiosques, les librairies spécialisées et à l’international, il faut également l’objet d’une déclinaison originale sur iPad. NUMERO Numéro explore depuis sa fondation les différents territoires de la culture contemporaine, mettant en lumière photographes confirmés et émergents. Ses pages ont mis à l’honneur Peter Lindbergh, Paolo Roversi, Jean-Baptiste Mondino, Viviane Sassen mais aussi révélé Solve Sundsbo, Mert Alas & Marcus Piggott, Billy Kidd ou encore Olivia Bee. Fidèle à sa vocation d’incarner l’esprit du temps et de découvrir de nouveaux talents, Numéro, ainsi que sa directrice de la rédaction et membre du jury, Babeth Djian, sont attachés, depuis sa création, au Festival Planche(s) Contact qu’ils sont heureux d’accompagner à nouveau cette année. EXTERIONMEDIA Leader de l’affichage grand format, Exterion media renouvelle en 2016 son soutien au festival Planche(s) Contact.  Page 23

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »