EDITIONS LA MAISON BRULEE

EDITIONS LA MAISON BRULEE

2019

catherine gil alcala Les Farces Philosophiques


Catherine Gil Alcala lira des extraits de Zoartoïste ainsi que des poèmes de ses deux derniers livres de poèmes : La Somnambule dans une Traînée de Soufre et La Foule Divinatoire des Rêves, publiés aux Editions La Maison brûlée.

Bibliothèque Pompidou

68 rue Léon Bourgeois – 51000 Châlons-en-Champagne

durée 1h30

« Oui, nous sommes bien dans un théâtre de chair, dans une création organique dont la langue est le mouvement de macération, qui se trouve en phase avec des forces dionysiaques, ivres, Ménades qui courent et se défont, dans une sorte de tragédie eschylienne. Car il y a du tragique dans ce théâtre – même si parfois l’on voit du grotesque, mais cela ne fait que mieux ressortir l’aspect violent de l’écriture – où l’on pourrait facilement reconnaître les textes les plus archaïques de notre répertoire, ceux des Grecs notamment. Et il ne faut pas douter de lire ici le travail du chœur antique et de son Coryphée. »
A propos de Zoartoïste et autres textes, Catherine Gil Alcala, par Didier Ayres, La Cause Littéraire

Poésie intense qui déploie avec faste les charmes envoûtants de son inspiration mythique, La Foule Divinatoire des Rêves renoue avec la force cathartique du genre tragique au Ve siècle athénien. O. d’Harnois, Lectures au Coeur

Le monde de Catherine Gil Alcala trouve racine dans l’invisible. C’est un euphémisme d’écrire que son univers reste celui des horizons imprécis. Son terreau de l’inconscient, son monde des impossibilités se décline en “rêves numineux”. Cikuru Batumike, Intertitres

Le Langage -l’incantation, la manducation, la transe de la langue- constitue le chef d’orchestre de ce Poème polyphonique, sorte de deus mortel ex machina dirigeant l’action dramaturgique de la tragédie humaine en cours d’exécution. MCDEM, Recours au poème

La puissance spectaculaire et la force poétique du texte, les audaces thématiques et stylistiques font de la lecture de Zoartoïste une expérience intense. Elle laisse augurer d’un retentissement émotionnel décuplé par le spectacle théâtral et le pouvoir cathartique de l’angoisse existentielle représentée. Jeanne-Antide Huynh, Place de la Sorbonne

Pythie au verbe noir et flamboyant, elle pousse les mots à leur paroxysme pour nous faire basculer de l’autre côté, du côté du grand rire salvateur, où rien n’est sérieux, tout est primordial. Cathy Garcia, La Cause Littéraire

Cosmogonie individuelle, l’inspiration de Catherine Gil Alcala est de ces aérolithes mentaux où notre réalité se retrouve métamorphosée par le souffle protéiforme d’une pensée magique. MCDEM, La Cause Littéraire

Et que l’on soit pris par le fantasme ou la poésie, on est attiré par la scène intérieure de l’artiste, par son théâtre mental, par son théâtre du rêve, où l’auteur se voit en miroir, lequel sert à saisir une personnalité complexe et particulière. D. Ayres, Reflets du Temps

Une femme qui entre en poésie ne possède-t-elle pas dès lors “Une langue de feu” qui “s’élance sur la terre” ? F. Urban-Menninger, Exigence : littérature

La poésie a cela de fascinant qu’elle peut être à la fois ouverte à toutes les interprétations et à la fois terriblement précise dans ce qu’elle veut transmettre. E. Kempenaer, Le Suricate

Délire, transe, poésie exorcisante ou exutoire théâtral, Catherine Gil Alcala revient à la source même du cri qui génère toutes les béances jusqu’à faire parler ou hurler les bouches d’ombre qui hantent nos nuits. F. Urban-Menninger, Exigence : littérature

Oui, nous sommes bien dans un théâtre de chair, dans une création organique dont la langue est le mouvement de macération, qui se trouve en phase avec des forces dionysiaques, ivres, Ménades qui courent et se défont, dans une sorte de tragédie eschylienne. D. Ayres, La Cause Littéraire

La poésie de Catherine Gil Alcala s’apparente à une généalogie matriarcale. Son écriture ciselée est marquée des malheurs de l’être féminin abandonné à son sort dans un univers qui le surpasse, le détermine en le violentant.D. Sahyouni, Le Pan poétique des muses

Livre d’oracles. L’expression d’une autorité des mots et des idées… vous serez happé par du plus grand, du plus fort. E. Palmer, Luxsure

De l’Apocalypse johannique aux figures d’Apollinaire, … une poésie verte et capiteuse, où coulent les semences et les sécrétions, qui versent une sorte le lait brûlant du désir au milieu des pages. D. Ayres, La Cause Littéraire

Son texte traverse à la fois le monde des bêtes et celui des hommes… Et tous sont sur le devant de la scène tragique intemporelle, née de la Grèce. C’est le destin, le fatum qui tisse les lignes de forces… Les spectres des victimes comme dans Hamlet taraudent leurs meurtriers. M. du Crest, La Cause Littéraire

Un travail du langage, comme un travail de forge, mais aussi avec finesse, comme un théâtre de souffleur de verre. D. Ayres, Reflets du Temps

L’enjeu d’une telle création autour de la question du langage où nous passons derrière le miroir…  Où la question du sens et du non-sens se pose corrélativement à celles sur la relation entre théâtre et poésie, philosophie et littérature. M. Compère-Demarcy, La Cause Littéraire 

Parce que la vie ressemble parfois à du Shakespeare, Catherine Gil Alcala revendique une écriture pulsionnelle. J.-P. Gavard-Perret, lelitteraire.com

On n’a probablement pas lu quelque chose d’aussi fantaisiste depuis Novarina, on n’a pas lu quelque chose d’aussi éclaté depuis Heiner Müller. C’est radical, un peu dans l’esprit d’Artaud, on a quelque part Artaud aussi dans le titre. Ça défie l’imagination. Thomas Hahn, Émission Tempête sur les planches

Un texte tour à tour hanté par la brutalité sommaire qui nous vient d’Eschyle, et la modernité d’un Ionesco. Tension entre la bouffonnerie et le poème violent. D. Ayres, Reflets du Temps

catherine gil alcala exposition Le Temps de Lire Aubervilliers mars 2019

 

Événement animé par Michèle Sully

Interview par Daniel Graisset
Émission AR-FM (Aubervilliers Radio), mars 2019, Fréquence Paris Plurielle

Toute la revue de presse de Catherine Gil Alcala 

Exposition Catherine Gil Alcala théâtre poésie dessins


Catalogue des livres de Catherine Gil Alcala                                 Dessins        Spectacles

 

 – www.editionslamaisonbrulee.fr

2017

Éditions La Maison Brûlée
Communiqué de Presse       1er juin 2017
Couverture
Parution le 7 juin 2017
ISBN : 979-10-93209-03-6
Format : 13 x 19 cm / 108 pages
Prix : 13,00 €

Catherine Gil Alcala

Poésie

La Somnambule dans une Traînée de Soufre

Milliard de la pluie dans les yeux du ciel,

trois araignées esquissent des pas de danse dans l’au-delà,

des ascètes déjeunent de quelques amandes,

une dame vient, elle est nue,

et un faune porte à la table

une mandarine pourrie,

des fruits pelés,

un pied de persil,

et une éponge dégoulinant de sang.

www.editionslamaisonbrulee.fr/somnambule

Catherine Gil Alcala est auteure de théâtre, de poésie et de nouvelles, et artiste pluridisciplinaire. Certaines de ses écritures ont été jouées au théâtre, ou ont fait l’objet de performances musicalo-poétiques.

Publications 2015 théâtre poésie : James Joyce Fuit… Lorsqu’un homme sait tout à coup quelque chose suivi de Les Bavardages sur la Muraille de Chine
2016 théâtre : La Tragédie de l’Âne suivi de Les Farces Philosophiques, théâtre poésie :Zoartoïste et autres textes.

Actualité

samedi 3 juin 2017 17h : Lecture-rencontre avec Catherine Gil Alcala au Théâtre Les Déchargeurs, Paris I.


du mercredi 7 au dimanche 11 juin 2017 : Marché de la Poésie, Paris VI (stand 603/605).

Consultez l’agenda : www.editionslamaisonbrulee.fr/agenda


 Samedi 3 juin 2017 à 17h

Samedi 3 juin 2017 à 17h

 

Catherine Gil Alcala présentera ses textes de théâtre publiés aux Éditions La Maison Brûlée. "...Nous sommes bien dans un théâtre de chair, dans une création organique dont la langue est le mouvement de macération, qui se trouve en phase avec des forces dionysiaques, ivres, Ménades qui courent et se défont, dans une sorte de tragédie eschylienne..." Didier Ayres, La Cause Littéraire "...Nous sommes bien dans un théâtre de chair, dans une création organique dont la langue est le mouvement de macération, qui se trouve en phase avec des forces dionysiaques, ivres, Ménades qui courent et se défont, dans une sorte de tragédie eschylienne..." Didier Ayres, La Cause Littéraire

Lors de cette rencontre, Catherine Gil Alcala présentera ses textes de théâtre publiés auxÉditions La Maison Brûlée, avec des lectures d’extraits par les comédiens :

Anne-Céline Trambouze, Camille Tenne, Christophe Bizet, Rémi Custey.

 

Théâtre Les Déchargeurs
3, rue des Déchargeurs – Paris I – métro Châtelet
Réservation

Catalogue des livres de Catherine Gil Alcala : www.editionslamaisonbrulee.fr


Éditions La Maison Brûlée – contact@editionslamaisonbrulee.fr

Samedi 3 juin 2017 à 17h

 

Catherine Gil Alcala présentera ses textes de théâtre publiés aux Éditions La Maison Brûlée. "...Nous sommes bien dans un théâtre de chair, dans une création organique dont la langue est le mouvement de macération, qui se trouve en phase avec des forces dionysiaques, ivres, Ménades qui courent et se défont, dans une sorte de tragédie eschylienne..." Didier Ayres, La Cause Littéraire "...Nous sommes bien dans un théâtre de chair, dans une création organique dont la langue est le mouvement de macération, qui se trouve en phase avec des forces dionysiaques, ivres, Ménades qui courent et se défont, dans une sorte de tragédie eschylienne..." Didier Ayres, La Cause Littéraire

Lors de cette rencontre, Catherine Gil Alcala présentera ses textes de théâtre publiés auxÉditions La Maison Brûlée, avec des lectures d’extraits par les comédiens :

Anne-Céline Trambouze, Camille Tenne, Christophe Bizet, Rémi Custey.

 

Théâtre Les Déchargeurs
3, rue des Déchargeurs – Paris I – métro Châtelet
Réservation

Catalogue des livres de Catherine Gil Alcala : www.editionslamaisonbrulee.fr


Éditions La Maison Brûlée – contact@editionslamaisonbrulee.fr

 

Rencontre littéraire avec Catherine Gil Alcala

 

autour de ses trois derniers livres publiés aux Éditions La Maison Brûlée


13, rue Santeuil – 75005 Paris – métro Censier-Daubenton

Jeudi 15 décembre 2016 à 19h

 

Couverture livre Zoartoïste et autres textes Parution 28 novembre

Zoartoïste et autres textes
Théâtre * poésie

“…nous sommes bien dans un théâtre de chair, dans une création organique dont la langue est le mouvement de macération, qui se trouve en phase avec des forces dionysiaques, ivres, Ménades qui courent et se défont, dans une sorte de tragédie eschylienne…”
Couverture livre La Tragédie de l'Âne... La Tragédie de l’Âne
suivi de
Les Farces Philosophiques

Théâtre
Lecture :
Violette Pouzet-Roussel
Lord Eraze
Catherine Gil Alcala
Couverture livre James Joyce fuit... James Joyce Fuit… Lorsqu’un Homme Sait Tout à Coup Quelque Chose
suivi de
Les Bavardages sur la Muraille de Chine

Théâtre * poésie

 

“…un travail du langage, comme un travail de forge, mais aussi avec finesse, comme un théâtre de souffleur de verre…”
Didier Ayres, Reflets du Temps

“…chaque pièce est elle-même « la » geste qui embrasse tout : le sexe, les fleurs, le temps, les miroirs et ce qu’il y a derrière… “
Jean-Paul Gavard-Perret, LeLitteraire.com

 


contact@editionslamaisonbrulee.frwww.editionslamaisonbrulee.fr

Rencontre littéraire avec Catherine Gil Alcala

 

autour de ses trois derniers livres publiés aux Éditions La Maison Brûlée


104 rue d’Aubervilliers – 5 rue Curial – 75019 Paris – métro Riquet


Couverture livre Zoartoïste et autres textes À paraître en novembre

Zoartoïste et autres textes
Théâtre * poésie

 

Dimanche 27 novembre 2016
à 16h

Lecture :
Violette Pouzet-Roussel
Odkali
Lord Eraze
Catherine Gil Alcala
Nelly Pouget (sous réserve)

 

Couverture livre La Tragédie de l'Âne... La Tragédie de l’Âne
suivi de
Les Farces Philosophiques

Théâtre
Couverture livre James Joyce fuit... James Joyce Fuit… Lorsqu’un Homme Sait Tout à Coup Quelque Chose
suivi de
Les Bavardages sur la Muraille de Chine

Théâtre * poésie

 

“…un travail du langage, comme un travail de forge, mais aussi avec finesse, comme un théâtre de souffleur de verre…”
Didier Ayres, Reflets du Temps

“…chaque pièce est elle-même « la » geste qui embrasse tout : le sexe, les fleurs, le temps, les miroirs et ce qu’il y a derrière… “
Jean-Paul Gavard-Perret, LeLitteraire.com

 


contact@editionslamaisonbrulee.frwww.editionslamaisonbrulee.fr

Deux livres de Catherine Gil Alcala sont parus aux Éditions La Maison Brûlée
les 22 décembre et 14 janvier


Dossier de presse, cliquez ici

Couverture livre James Joyce fuit...
Couverture livre Tragédie de l'Âne

Éditions La Maison Brûlée
– Joël Marette – +33 6 72 08 83 02
www.editionslamaisonbrulee.fr

www.editionslamaisonbrulee.fr

bandeau-site-3-nb

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »