Museo Guggenheim Bilbao infos

Museo Guggenheim Bilbao

 2020
 19 novembre, 2020

KANDINSKY
  • Dates : 20 novembre 2020 – 23 mai 2021
  • Commissaire : Megan Fontanella, conservatrice au département « Modern Art & Provenance » du Solomon R. Guggenheim Museum
  • Avec le soutien de la Fondation BBVA

– Construite à partir des extraordinaires fonds de la Fondation Guggenheim de New York, l’exposition présente l’évolution artistique de l’un des principaux rénovateurs de la peinture au début du XXe siècle tout au long de quatre sections géographiques.

– Kandinsky s’engagea dans une croisade contre les valeurs esthétiques conventionnelles de son époque pour élaborer une voie nouvelle exclusivement fondée sur la “nécessité intérieure” de l’artiste, en quête d’un avenir plus spirituel grâce à l’art et à son pouvoir de transformation.

– Au fur et à mesure que les contours calligraphiques et les formes rythmiques se mirent à perdre peu à peu toute trace de leur origine figurative, Kandinsky commença à s’engager dans la voie de

l’abstraction et à formuler ce qu’il nommait “la puissance insoupçonnée de la palette”.

– Pour Kandinsky, même les formes les plus abstraites possèdent une dimension expressive et

émotionnelle : le triangle incarne l’action et l’agressivité, le carré signifie la paix et le calme et le cercle, le royaume du spirituel et du cosmique.

 

 

Le Musée Guggenheim Bilbao présente Kandinsky , une exposition exhaustive de peintures et d’oeuvres sur papier de l’artiste Vasily Kandinsky (Moscou 1866 – Neuilly-sur-Seine 1944) issue principalement des collections de la Fondation Solomon R. Guggenheim. Avec le soutien de la Fondation BBVA, l’exposition retrace l’évolution esthétique d’un pionnier de l’abstraction et d’un théoricien de l’esthétique de premier plan. Dans sa volonté de libérer la peinture de ses liens avec le monde “naturel”, Kandinsky devait découvrir un nouveau type de sujet exclusivement fondé sur la “nécessité intérieure” de l’artiste, une préoccupation majeure qui l’accompagna tout le long de sa vie.

Visite virtuelle complète de l’exposition 33 min

Images vidéo des salles 3 min 50 s

 
           

 

PRESS RELEASE

November 13, 2020

 

#GuggenheimBilbaoInsights

 

The Guggenheim Museum Bilbao presents a new series of videos where curators and artists discuss art

 

Today the Guggenheim Museum Bilbao is presenting the #GuggenheimBilbaoInsights project, the new series of videos led by the Museum’s curatorial department, where the curators talk with artists whose works are part of the Museum’s Collection.

 

This new digital initiative will be carried out between November 2020 and June 2021. Every month, the Museum will post a new instalment, always with the goal of sharing the artistic contents with the widest audience possible. The videos will be posted on the Museum website and shared via its social media: YouTube, Instagram, Facebook, and Twitter. Each piece will last around 20 minutes and will include images and audiovisual resources to illustrate the conversations in order to make them entertaining yet educational.

 

The encounters between the curators and artists will take place in the Museum, in the artist’s studio, or in both at the same time, depending on the location and possibilities at the time. Key issues will be discussed in these inspiring conversations to help viewers grasp each artist’s contribution to the art scene and reveal interesting facts about their career and vision. The richness of #GuggenheimBilbaoInsights will come from the diversity of topics and approaches, which will vary depending on the artist and curator, and on the complicity and interaction between the two.

 

To ensure this, each curator has chosen two artists with works in the Museum Collection and has developed a script for each of the encounters, which will be produced in the forthcoming months. The first video to open the series shows the conversation between Alyson Shotz and Manuel Cirauqui and was filmed simultaneously in the Museum and the artist’s studio in New York. Alyson Shotz (Arizona, USA, 1964) participated in the exhibition Art and Space curated at the Museum by Manuel Cirauqui in 2017, after which the Museum acquired her work Object for Reflection (2017). During their conversation, they will discuss issues related to the artist’s career, key concepts to understand her work (e.g., light and gravity), her outdoor installations, and her recent solo show.

 

The schedule of the first upcoming videos is:

•          November 2020: Alyson Shotz and Manuel Cirauqui

•          December 2020: José Manuel Ballester and Petra Joos

•          January 2021: Ernesto Neto and Geaninne Gutiérrez-Guimarães

•          February 2021: Itziar Okariz and Lucía Agirre

 

Six perspectives

The curatorial team at the Guggenheim Museum Bilbao is made up of five art curators and a curatorial assistant, each of whom will bring their unique vision and career to the project. Below we introduce the team members, as well as some of the most recent exhibitions they have curated at the Museum:

 

  • Lucía Agirre: A Museum curator since 2000, she has been responsible for exhibitions such as the ones showcasing Olafur Eliasson (2020), Thomas Struth (2019), Marc Chagall (2018), and Bill Viola (2017).
  • Manuel Cirauqui: A Museum curator since 2016, he joined us from the Dia Art Foundation and has curated the exhibitions on William Kentridge (2020), Jesús Rafael Soto (2019), Henri Michaux (2018), and Art and Space (2017).
  • Geaninne Gutiérrez-Guimaraes: A Guggenheim Museum Bilbao curator based at the Solomon R. Guggenheim Museum in New York since 2015, where she also coordinates the Basque Artist Program. She has curated the exhibition devoted to Lygia Clark (2020).
  • Lekha Hileman Waitoller: She joined the Museum as a curator in October 2019 from the Art Institute of Chicago. She is currently preparing two shows for 2021.
  • Petra Joos: A Museum curator since 2000, she has curated exhibitions including the ones featuring Jenny Holzer (2019), Alberto Giacometti (2018), Georg Baselitz (2017), and Louise Bourgeois (2016).
  • Marta Blavia: A curatorial assistant since 2006, she has worked on the exhibitions dedicated to Kandinsky (2020) and Richard Artschwager (2019), among others, as well as on the Film & Video program.

 

#GuggenheimBilbaoInsights

  
           

 

PRESS RELEASE

 

October 28, 2020

 

The Guggenheim Museum Bilbao’s iconic Puppy by Jeff Koons, reveals a new look sporting a face mask to encourage everyone to protect themselves during the pandemic

The Guggenheim Museum Bilbao has revealed Jeff Koon’s iconic Puppy has a new look. Koons’ famous sculpture, which has welcomed visitors since the museum opened in 1997, will sport a brand new face mask made from flowers as a nod to the current COVID-19 pandemic.

The outline of the mask is not clearly visible yet, as the newly repotted plants will need a few weeks to grow and bloom; visitors will have the opportunity to enjoy the full effect then.

Jeff Koon said: “What an honor it is to be able to have Puppy communicate the importance of wearing a mask during this time of the COVID-19 pandemic. A Bilbao resident sent me a letter asking if Puppy could wear a mask which I thought was wonderful idea. I was thrilled that the Museum agreed as now Puppy, adorned with a mask made of white and blue flowers, can communicate the importance of wearing a mask to protect against the spread of COVID-19. One of the most important acts that we can make to each other during this pandemic is to share information on how we can protect each other. I can imagine that the Puppy has appreciated all of the love shown towards it and is so happy to communicate safety and well-being to the citizens of Bilbao and the world.”

Juan Ignacio Vidarte, Director General of the Guggenheim Bilbao said: “We thought the suggestion from a follower of the Museum was excellent, since it drew on the admiration and warmth that people have for Puppy to encourage everyone to follow the guidelines of the health authorities in these highly difficult times. After all, Puppy has transcended its status as a work of art to become an emblem of the museum and the city of Bilbao itself as well as an icon of optimism. Moreover, contemporary art is—and must be—linked to the present day, so it makes perfect sense to harness the popularity of Puppy to support a cause, such as protecting ourselves and others, that is of vital importance at this moment in time”.

The Guggenheim Museum Bilbao took advantage of Puppy’s customary changing of flowers at this time of year to add the new feature. Ever since it was installed in 1997, Puppy, the 12.4-meter-tall sculpture of a West Highland Terrier, has its flower mantle changed every year in spring and fall in order to adapt to the new season. While in spring and summer Puppy wears different colored begonias, impatiens, Mexican marigolds and petunias, in fall and winter these are replaced by pansies and other types of plants that can tolerate the change in season.

In the picture:
Jeff Koons
Puppy, 1992
Stainless steel, soil, and flowering plants
1240 x1240 x 820 cm
Guggenheim Bilbao Museoa
 
Photo: Erika Ede
 
  
 Guggenheim Museum Bilbao
Marketing and Communications Department
+34 94 435 90 08
media@guggenheim-bilbao.eus
www.guggenheim-bilbao.eus

Unsuscribe

 17 septembre, 2020

LEE KRASNER. COULEUR VIVE
  • Dates : 18 septembre – 10 janvier 2021

  • Commissaires : Eleanor Nairne, Barbican Art Gallery et Lucía Agirre, Musée Guggenheim Bilbao.
  • Exposition organisée par le Barbican Centre de Londres en collaboration avec le Musée Guggenheim Bilbao.
  • Avec le soutien de Seguros Bilbao

                           
  • Tout au long de sa carrière, l‘œuvre de Lee Krasner (1908-1984) se caractérisa par une réinvention et une exploration permanentes depuis ses premiers autoportraits et dessins d’après nature, jusqu’aux toiles exubérantes et monumentales du début des années 60, en passant par ses “Petites images” de la fin des années 40 et ses collages novateurs des années 50.
  • À la différence de nombre de ses contemporains, Lee Krasner rejeta l’idée d’élaborer une “iconographie de signature” qui lui semblait trop rigide ; elle travailla par cycles, recherchant sans cesse de nouveaux médiums pour une expression authentique.
  • Après la mort de plusieurs de ses proches dans les années 50, et une période de deuil marquée par les tons ocres dans ses productions, Krasner devait réintroduire, dans les années 60, la lumière et les couleurs dans sa peinture.

Avec Lee Krasner. Couleur vive, le Musée Guggenheim Bilbao présente une rétrospective consacrée à l’artiste new-yorkaise pionnière de l’Expressionnisme abstrait. Cette rétrospective unique réunit un large choix de pièces, dont certaines jamais montrées auparavant en Europe. Les visiteurs de l’exposition, qui a été organisée avec le soutien de Seguros Bilbao, pourront ainsi découvrir la capacité constante de réinvention et d’exploration qui caractérise le travail de Krasner tout au long de ses cinquante années de carrière : de ses premiers autoportraits et dessins d’après nature jusqu’aux toiles exubérantes et monumentales du début des années 60, en passant par ses “Petites images” de la fin des années 40 et ses collages novateurs des années 50.

Visite virtuelle complète de l’exposition 33 min

Images vidéo des salles 30 min 50 s

 

1 juin,  2020

MESURES SPÉCIALES RÉOUVERTURE

Le Musée Guggenheim Bilbao rouvre ses portes avec des promotions pour encourager la visite et des mesures de sécurité pour garantir une expérience fluide et protégée

Le jour de sa réouverture, le Musée Guggenheim Bilbao a présenté les mesures adoptées pour que les visiteurs puissent vivre paisiblement une journée d’art, tout en se sachant protégés, et profiter des promotions prévues pour visiter le Musée au mois de juin.

En ce qui concerne les mesures adoptées pour assurer une visite protégée et agréable, le Musée a créé une série de pictogrammes en vert qui rappellent clairement et intuitivement toutes les règles à suivre et qui sont présents tant sur le site web que dans les espaces physiques du Musée. Les mesures et leurs icônes respectives sont divisées en deux groupes : considérations préalables et règles durant la visite. Parmi les recommandations préalables se trouvent l’achat en ligne du billet d’entrée dans la frange horaire voulue, le téléchargement sur le portable de l’audioguide gratuit, le rappel que seul le paiement par carte est possible à l’intérieur du Musée, l’obligation de porter un masque ou l’avertissement de ne pas venir avec colis et parapluie puisque le vestiaire est fermé.

Une fois dans le Musée, les mesures visant à assurer une visite tranquille et sans risque pour la santé sont la prise de température avant d’entrer et une série de règles adoptées pour maintenir la distance de sécurité avec les autres. Ainsi, un circuit spécial a été conçu pour la visite. Il débutera au troisième niveau et se poursuivra au deuxième et au premier (pour ceux qui souhaitent visiter tous les étages) en signalant un sens unique pour parcourir les salles, en séparant escaliers et ascenseurs pour la montée et la descente ou en limitant le nombre d’occupants dans les ascenseurs, sur les bancs et dans les toilettes. Ces mesures simples, visibles grâce à une signalétique horizontale et verticale dans tout le Musée, aideront à effectuer la visite dans le calme en évitant le croisement avec d’autres visiteurs, sans pour autant en perturber la fluidité et la qualité. Grâce à l’ampleur des espaces du bâtiment de Frank Gehry et à la limitation du public à un maximum de 400 personnes en même temps, ce qui correspond à 20 mètres carrés minimum par visiteur, le mois de juin offre une chance unique de pouvoir contempler sans bousculades les œuvres d’art. Voir la vidéo avec les mesures ici.

Par ailleurs, afin d’encourager la visite au Musée au mois de juin par le public local, deux promotions ont été lancées. En premier lieu, les Amis du Musée, un collectif de plus de 20.000 personnes dont la fidélité et la complicité sont essentiels pour l’institution, pourront inviter au Musée, au cours du mois de juin, une autre personne, qui y accèdera gratuitement. Et ceux qui ne sont pas encore Amis auront aussi leur récompense en juin : pour le prix de leur entrée au Musée, ils se verront offrir trois mois de carte d’Ami du Musée, ce qui leur permettra d’y accéder gratuitement autant de fois qu’ils le souhaitent tout le long de l’été et de bénéficier des autres avantages du collectif d’Amis. L’information pour accéder aux deux promotions se trouve sur le site web du Musée.

Photo de gauche à droite :

Juan Ignacio Vidarte, Directeur Général du Musée Guggenheim Bilbao et  Bingen Zupiria, Conseiller à la culture et de la politique linguistique du gouvernement basque

 

Musée Guggenheim Bilbao

Département de Comunication et Marketing
+34 94 435 90 08

Musée Guggenheim Bilbao

 

      DOSSIER DE PRESSE
12 mars, 2020

WILLIAM KENTRIDGE: 7 FRAGMENTS

  • Dates : 12 mars – 14 juin 2020
  • Commissaire : Manuel Cirauqui
  • Salle Film & Video (103)

Du 12 mars au 14 juin 2020, le Musée Guggenheim Bilbao présente William Kentridge : 7 fragments, première exposition de l’année 2020 dans la salle Film & Vidéo, l’espace que le Musée réserve aux œuvres marquantes de l’art vidéo, de l’installation audiovisuelle et de l’image en mouvement comme langage artistique.

À cette occasion, la salle réunit trois œuvres audiovisuelles de William Kentridge (Johannesburg, 1955), artiste internationalement renommé dont la trajectoire court sur plus de quatre décennies de création cinématographique et vidéographique. Sur les neuf écrans de cette installation, Kentrige évoque Georges Méliès, inventeur génial et pionnier de la cinématographie moderne, tout en composant un autoportrait onirique et une représentation de son atelier comme microcosme. Filmée en noir et blanc, l’installation combine des images réelles de l’artiste et des dessins réalisés avec sa caractéristique technique de l’arrêt de caméra qui, dans ce cas, consiste à réaliser des dessins au fusain, à les montrer à la caméra, à en effacer certaines parties et à les redessiner de façon que chaque image de l’animation finale conserve les effacements des versions précédentes.

 

Photo de gauche à droite :
 2019

 

 DOSSIER DE PRESSE
25 septembre, 2019

CHEFS-D´ŒUVRE DE LA KUNSTHALLE DE BRÊME : DE DELACROIX A BECKMANN

– 25 octobre 2019 – 16 février 2020

 

– Curateurs : Christoph Grunenberg, directeur de la Kunsthalle de Brême, et Petra Joos, Musée Guggenheim Bilbao

 

– Exposition organisée par la Kunsthalle de Brême et le Musée Guggenheim Bilbao

 

– Avec le soutien de : Iberdrola

 

  • L’exposition révèle les liens étroits qui existent entre l’art allemand et l’art français du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle, deux courants artistiques parallèles qui ont contribué à ouvrir la voie à l’art moderne.

 

  • Les chefs-d’œuvre que détient la Kunsthalle de Brême, et le discours historique qui sous-tend la collection, sont présentés dans un parcours qui va du néo-classicisme à l’expressionnisme allemand en passant par le romantisme, l’impressionnisme, le post-impressionnisme et la colonie d’artistes de Worpswede.

 

  • Le premier directeur scientifique de la Kunsthalle, Gustav Pauli, a rehaussé le profil de la collection avec une politique d’achat basée sur le dialogue dynamique entre l’art français et l’art allemand, et construit une histoire de chefs de file et d’acolytes, de concurrence et de solidarité, d’admiration et de rébellion et, en dernier ressort, une identité propre au Musée.

 

  • L’achat de Champ de coquelicots (1889) de Van Gogh par la Kunsthalle de Brême divise à l’époque les critiques et les artistes allemands en deux factions : tandis que l’une considère que l’admiration de l’avant-garde française en Allemagne constitue une attaque à son identité artistique nationale, pour l’autre la question nationale est secondaire, puisque ce qui l’intéresse dans l’art est justement sa capacité à transcender les frontières.

 

Le Musée Guggenheim Bilbao présente Chefs-d’œuvre de la Kunsthalle de Brême : de Delacroix à Beckmann, une magnifique sélection des vastes fonds du Musée Kunsthalle de Brême qui met en exergue les liens étroits existant entre l’art allemand et l’art français du XIXe et du XXe siècle. Outre le dialogue vivifiant entre deux courants artistiques parallèles qui ont contribué à ouvrir la voie à l’art moderne, l’exposition reflète la singulière histoire et le discours artistique de ce Musée, dans un parcours qui va du néo-classicisme à l’expressionnisme allemand en passant par le romantisme, l’impressionnisme, le post-impressionnisme et la colonie d’artistes de Worpswede.

 

Foto :
 
Eva Gonzalès
Le Réveill [Erwachendes Mädchen], 1877/78
Huile sur toile
81,1 x 100,1 cm
Kunsthalle Bremen – Der Kunstverein in Bremen
Acquis en 1960
Inv. 827-1960/28
 

Musée Guggenheim Bilbao

Département de Comunication et Marketing
+34 94 435 90 08

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »